Alimentation

Les 6 plus gros mensonges de la nutrition

Les 6 plus gros mensonges de la nutrition
4.5 (90%) 2 votes

En parcourant le web ou en allumant la télé, je suis toujours étonné des absurdités que l’on entend sur la nutrition.

J’ai d’ailleurs décidé d’écrire cet article suite à de nombreuses questions de clients sur la nutrition. En lisant des articles sur la toile du web, les informations sont nombreuses et se contredisent, au final, vous ne savez plus quoi penser de tous ces conseils.

Afin de vous éclairer, je vais vous livrer quelques uns de ces mensonges les plus courants. Bien sûr je vous livrerai quelques petits conseils pratiques pour mieux gérer votre alimentation à la fin de cet article.

6 fausses informations sur la nutrition

 Mensonge 1 – Régime hypocalorique : Mangez peu pour maigrir

repas-pauvre-en-calorie

Quand vous évoquez le désir de perdre du poids, qui n’a pas reçu comme conseil :

« il te suffit de moins manger »

Il est vrai que cette méthode parait logique.  Selon elle, il vous suffirait d’absorber moins de calories que vous n’en dépensez et le tour est joué ! On appelle ce régime, le régime hypocalorique. Celui-ci existe d’ailleurs sous divers variantes et noms mais qui ont tous le même principe mais avec quelques règles différentes.

Il est exact que cette forme de régime apporte des résultats rapides. Vous perdez facilement 2 à 3 kg la première semaine, si ce n’est pas plus, et un peu moins la deuxième semaine et la troisième semaine. Au fil des semaines, les effets s’estompent jusqu’à ne plus perdre du tout de poids.

Le revers vient alors lorsque vous reprenez une alimentation normale. Vous reprenez peu à peu ou pour certains rapidement du poids.

Pourquoi le régime hypocalorique est- il un mensonge ?

Un régime alimentaire n’a aucun intérêt si vous reprenez du poids par la suite. Certaines études ont d’ailleurs montré que le corps avez de plus en plus de mal à mobiliser les graisses afin de les brûler chez les personnes qui enchainaient les régimes hypocaloriques. Le corps deviendrait aussi de plus en plus résistant à toute forme de privation. Mais comment ça marche ?

En suivant un régime hypocalorique, vous placez votre corps en situation de manque et cela va avoir plusieurs effets sur lui dont celui de la mettre en sécurité.

Par se mettre en sécurité, j’entend par là que votre corps va dépenser volontairement moins d’énergie. On appelle ce phénomène, la baisse ou la diminution de votre métabolisme.

Suivi au delà d’un mois, le régime hypocalorique va donc vous conduire à ressentir certains méfaits sur votre corps. Le réflexe d’économie d’énergie induit par votre corps va se traduire pas des symptômes visibles comme les sensations de fatigue chronique, une irritabilité ou encore un sommeil perturbé.

Les méfaits non visibles seront par exemple, les déficiences en certains nutriments pouvant vous pousser à l’anémie. On retrouve aussi les risques de dérèglement hormonaux, la fonte musculaire et de la rétention d’eau.

Mensonge 2 : Mangez ce que vous voulez mais en petite quantité 

weight-watchers

Il est vrai que l’idée de manger ce que vous voulez pendant un régime est séduisante.

Je vais prendre l’exemple d’un régime connu, le régime Weight Watchers. Créé par deux américaines, ce type de régime fonctionne selon un nombre de points à ne pas dépasser.

Suivant votre taille et votre poids, vous avez donc le droit de manger de tout, mais en respectant les quantités qui feront que vous ne dépasserez pas ce fameux score.

Si l’idée de vous attribuer un nombre de point en fonction de votre morphologie est bonne, il en est tout autre chose du fait de vous autoriser à manger n’importe quoi.

Exemple, vous avez le droit à 1200 points qui correspondent à 1200 calories. Vous aurez tout à fait le droit de remplir ces 1200 calories avec des frites, une viande grasse et un bon dessert.

Et cela peut importe si votre repas n’est pas équilibré. Dans ce cas là, les légumes sont absents et pour les frites :

« Bonjour les dégâts de l’association d’un aliment à indice glycémique élevé avec des graisses saturées »

Ce type de régime revient à l’idée du régime hypocalorique sauf qu’il renforce encore plus vos mauvaises habitudes alimentaires. En suivant ce genre de régime, certaines personnes sont séduites par le fait de manger gras et sucré au prix des quantités mais le paient de leur santé.

Manger peu mais pas équilibré sur le long terme peut être très néfaste sur votre corps. Vous pourrez augmenter vos chances de faire un accident cardiovasculaire, être touché par l’hypertension ou devenir  insulinodépendant en développant une maladie comme le diabète.

Mensonge 3 : Arrêter de consommer les graisses pour maigrir

alimentation hypotoxique

Rien que le mot ferait frissonner car nous avons fait du gras notre ennemi numéro 1. Couramment nommé sous le nom de lipides en nutrition, ceux-là sont les plus caloriques des nutriments avec 9 kcal/gramme. Les glucides et les protéines ont une teneur énergétique de 4 kcal/gramme.

L’impressionnante teneur en calorie du gras en fait donc un aliment presque proscrit d’une alimentation saine. Cela parait d’autant plus vrai si vous souhaitez maigrir. Pourtant tous les gras ne se valent pas. On trouve effectivement plusieurs sources de lipides aux propriétés bien divergentes. Et il y a parmi elle des graisses qui sont dîtes essentielles.

Par essentielles, je veux dire des graisses qui sont indispensables pour votre santé. Et aussi improbable que cela puisse paraitre, il y en a parmi elles qui vous aident à maigrir.

À ce moment précis, vous êtes en train de vous dire :

« Est ce qu’il est en train de me dire que des graisses peuvent aider à bruler d’autres graisses ? « 

Oui tout à fait ! Je vais vous l’expliquer petit à petit. Pour commencer je dois vous en dire plus sur les graisses en général.

Dans votre alimentation, vous trouverez trois types de graisses, les acides gras saturés, les acides gras polyinsaturés et les acides gras mono-insaturés. Ils ont chacun des fonctions et des impacts bien différents sur notre corps.

Les acides gras saturés ou les mauvaises graisses

Las acides gras saturés viennent principalement de sources alimentaires d’origines animales comme les viandes grasses, le beurre, les fromages et les autres produits laitiers.

Ils sont aussi connus pour leur difficulté à être réutilisés en tant qu’énergie pour le corps. Cela fait d’eux un important facteur de prise de poids.

Ces graisses sont très riches, je vous conseille donc de les favoriser le matin. À ce moment là, votre corps sait mieux utiliser qu’à n’importe quelle autre heure de la journée. Plus tard dans la journée, elles ne présenteront alors aucun intérêt à être consommées.

Les acides gras polyinsaturés 

Les acides gras polyinsaturés viennent quant à eux principalement de sources végétales. Ils se séparent en deux type d’acides gras, les oméga 3 et les oméga 6. Ces graisses sont dîtes essentielles, car elles occupent des fonctions primordiales pour le bon fonctionnement de notre organisme.

Parmi elles, on retrouve l’entretien des fonction du système nerveux, la bonne circulation du sang et des fonctions cardio-vasculaires, ainsi qu’un rôle dans le maintien d’un système immunitaire efficace.

Ces deux acides gras jouent aussi un rôle essentiel dans la structure des membranes cellulaires ainsi que dans la bonne régulation artérielle et l’élasticité des vaisseaux.

L’alimentation moderne nous apporte malheureusement plus d’oméga 6 que d’oméga 3, environ entre 10/1 et 30/1. Consommer trop d’oméga 6 inhibe alors l’action des oméga 3 quant à la capacité à influer sur la réutilisation des graisse en énergie.

En clair, un bon rapport Oméga 6/3 favorise l’élimination des graisses. De ce point, vous pouvez en conclure que des bon apports en graisses peuvent vous aider à maigrir.

Ou trouver les oméga 6 :

Ceux-là sont présents dans les huiles de tournesol, de pépin de raisins, de noix et de sésame.

Où trouver les oméga 3 :

Ils sont présents dans les huiles de colza et lin ainsi que dans la plupart des fruits à coque comme les amandes par exemple. On les retrouve aussi dans les poissons gras comme le saumon ou la truite.

Les acides gras mono-insaturés 

Les acides gras mono-insaturés sont les stars du régime méditerranéen qui a fait ses preuves pour les effets bénéfiques sur notre santé.

On les nomme aussi  comme oméga 9, ces acides gras sont très présents dans l’huile d’olive et l’avocat.

Ces graisses sont reconnues comme bénéfiques pour améliorer vos fonctions cardio-vasculaire comme votre circulation sanguine et la régulation de votre taux de cholestérol.

Mensonge 4 : Vous ne devez pas manger d’aliments riches en cholestérol

cholesterol-oeuf

Pour prendre l’exemple des aliments riches en cholestérol incriminés, prenons l’exemple du jaune d’oeuf. Celui-ci est connu pour être riche en cholestérol. Mais vous allez comprendre qu’un amalgame est fait entre le bon cholestérol et le mauvais.

D’après de nombreuses études, certains acides gras contiennent du cholestérol qui accroit les risques cardio-vasculaires.

Hors de nouvelles études montrent que suivant le mode de production de ses aliments, la résultante serait différente.

Le meilleur exemple reste donc l’œuf qu’il est déconseillé de consommer plus de deux fois par semaine mais il semblerait que l’alimentation des poules aurait une influence sur le taux de bon et mauvais cholestérol.

Une poule élevée en pleine air et nourrie quant à elle avec des végétaux riches en acide gras oméga 3 , ce qui développerez davantage du bon cholestérol.

C’est notamment le cas des poules nourries à base de bonnes céréales dont les graines de lin. Celles-ci pondraient des oeufs avec un taux bon cholestérol HDL élevé et un faible taux de mauvais cholestérol LDL.

Si vous reprenez cette logique pour l’appliquer à d’autres produits d’origines animales, cela impliquerait que suivant leur mode de production, ils seraient plus ou moins sains pour vous.

Favorisez donc les viandes et les oeufs bio produits par des producteurs si possible locaux.

Mensonge 5 : Stopper la consommation de fruits pour maigrir

Depuis peu, on observe de plus en plus de nutritionnistes qui réagissent quant à corrélation entre la consommation de fruits et la prise de poids.

Pour certains d’entre eux, ils incriminent la consommation banalisée et excessive de fruits. S’il est vrai que consommer des fruits peut vous faire perdre du poids, il est pourtant tout aussi mauvais d’arrêter d’en manger pour votre santé.

Comme les légumes, les fruits apportent leur lot de vitamines et minéraux qui sont primordiaux pour le bon fonctionnement de votre organisme.  Les arrêter revient donc à déséquilibrer votre alimentation.

Il faut maintenant comprendre que l’incrimination des fruits dans la prise de poids vient de ceux qui ont été transformés. En effet, les fruits sont riches en fructose et en glucose. Ainsi, si l’on extrayait leur teneur en ces deux sucres pour les consommer bruts, ils auraient un effet néfaste sur la prise de gras.

Comment ? Tout simplement parce que notre foie a ses limites quant au stockage du fructose. Au delà de 20 à 30 grammes par jour, notre foie transformerait l’excédant en acides gras pour venir ensuite les stocker dans les tissus adipeux.

Pour le taux de glucose qu’ils contiennent, certains fruits seraient aussi capables d’augmenter votre glycémie avec pour effet des pics d’insulines responsables du stockage des graisses.

Naturellement, un fruit cueilli sur l’arbre ne se limite pas à une boule de sucre. Il possède toute une structure riche en fibres alimentaires, en minéraux et vitamines. Cette richesse constitue tout un ensemble de facteurs qui vont limiter et modifier l’absorption  des graisses.

Quant à l’absorption des graisses, on parle alors d’indice glycémique. Vous remarquerez que la plupart des fruits frais ont un indice glycémique plutôt faible voir modéré. Cet indice est indicateur sur la capacité de celui-ci à faire monter votre glycémie.

Pour conclure sur les fruits, il est important de ne pas les bannir mais de les consommer dans les bonnes quantités. Pour ne pas dépasser votre tolérance en fructose, ne dépassez pas deux fruits par jour. Privilégiez aussi la consommation de fruits à indice glycémique bas.

Mensonge 6 : Manger des aliments sans gluten

aliments-sans-gluten

Qui n’a pas encore entendu parler du scandale du gluten ? Il apparait dans de nombreux aliments et notamment dans le jambon.

Le gluten est une protéine aux propriétés gélatineuses. Et si elle est fortement appréciée par les industriels, c’est parce qu’elle permet de gonfler le volume des aliments à moindre coût. C’est donc un épaississant.

À la base, le gluten est naturellement contenu dans certaines céréales comme le blé ou l’orge. Avant d’être un produit de l’agriculture intensive, le blé avait une teneur modérée en gluten. Mais depuis les années 50, les gros acteurs de l’industrie agro-alimentaire ont peu à peu croisé les variétés pour obtenir la plus productive.

Ces modifications génétiques font qu’aujourd’hui, les champs de blé sont homogènes. Il n’y a pas un épis de blé plus haut que l’autre et pour le coup, il y a moins de pertes pendant la moisson. Au prix de la productivité, c’est la qualité du blé qui s’est détériorée avec pour principale conséquence un blé anormalement riche en gluten.

En réalité, il faut percevoir qu’à faible taux, le gluten n’a pas forcément de mauvais impact sur votre santé à moins d’y être totalement allergique. C’est d’ailleurs le cas des personnes atteintes par la maladie coeliaque.

Aujourd’hui le gluten est surabondant et n’a plus rien avoir avec le gluten des céréales ancestrales. Le gluten cause aujourd’hui beaucoup d’effets néfastes sur nos intestins. Il serait d’ailleurs une des causes de l’hyperperméabilité instestinale selon le Professeur Henri Joyeux. D’après lui bannissez- le et après 15 jours vos intestins se porteront beaucoup mieux.

Les aliments sans gluten sont mauvais pour votre santé

Si je rejoins le professeur Henri Joyeux sur ce dernier point, je tiens aussi à vous convaincre de rester méfiant quant au « manger sans gluten ».

Vous pouvez constater que de nombreux rayons « sans gluten » commencent à voir le jour dans les supermarché. Les industriels ne sont pas fous, ils tirent partie de la peur des consommateurs pour les pousser à consommer des produits aussi néfastes que ceux des rayons voisins.

Vous pourrez observez que les produits proposés dans les rayons sans gluten sont déjà hors de prix. Vous pensez alors pouvoir à ce coût obtenir un aliment de qualité. Il est vrai qu’il y a là une logique. Néanmoins, il suffit de lire les compositions nutritionnelles pour se rendre compte qu’il en est tout autrement.

« Certains industriels prennent les consommateurs pour les dindons de la farce et particulièrement ceux qui vendent du sans gluten. « 

Leurs produits compensent le manque gluten par des taux incroyables de graisses hydrogénées qui sont connues pour être cancérigènes et faire grimper votre taux de cholestérol. Dans certains cas, on retrouve une quantité exorbitante de sucre.

Un bon conseil pour manger sans gluten mais sain

Rassurez- vous, il existe bel et bien un moyen de manger sans gluten mais sain. Il faudra tout simplement savoir vous passer des produits trop transformés.

Pour ma part, je vous conseille plutôt de passer du manger sans gluten au manger moins de gluten. Par exemple, vous pouvez remplacer les produits alimentaires à base de blé comme le pain par un pain au petit épeautre. Le petit épeautre est une variété de blé ancienne qui ne contient que très peu de gluten.

epeautre

Il existe encore bien d’autres alternatives comme le riz, le sarrasin, le quinoa, les fécules ou encore les légumineuses.

Parmi ces différents mensonges de la nutrition, il faut retenir qu’aucun aliment n’est à bannir totalement. Pour manger équilibré et rester en bonne santé, il faut donc avant tout connaitre l’origine des aliments que nous mettons dans nos assiettes. Favorisons ainsi le travail de nos petits producteurs tout en nous faisant du bien.

 

 

 

 

Commentaires Facebook